Commémoration des combats DU COLONEL CAZEILLES A REMBERCOURT 2016

REMBERCOURT-SOMMAISNE Cérémonie du 11 juin 2016 Les années passent mais le souvenir demeure, indéfectible. Comme chaque année le Régiment et l’ANA21 montent à REMBERCOURT en juin pour commémorer les Combats de 1940 et le décès du Colonel CAZEILLES pendant ces combats.











REMBERCOURT , JUIN 2016 CHERS AMIS,

A l'heure où le doute et même la peur se répandent de façon insidieuse dans notre Société de consommation et de divertissements, il est utile de s'interroger sur les causes de ce climat délétère devant ce Monument dédié au souvenir de 21° RIC et de son valeureux chef, le colonel Cazeilles . Mais ici, à Rembercourt, village tant de fois meurtri par des combats, il convient aussi d'associer à ces réflexions, les autres très nombreux monuments, stèles et cimetières dispersés sur le finage de la commune, que le poète appelait < les bien aimés. > Ils ne sont pas des lieux de commémoration de principes abstraits, mais avant tout des lieux où des citoyens vivants viennent à la rencontre de citoyens morts au champ d'Honneur. Ils sont des lieux de douleur collective et d'intimité. Plus encore, ils sont à la fois sources et parties prenantes du vivre ensemble d'un village exemplaire, solidaire et accueillant. Tout ce riche patrimoine force au respect et à l'admiration dus à des hommes venus d'ailleurs — Français et Africains amalgamés, Allemands, nos voisins de toujours, ennemis d'hier, amis d'aujourd'hui — que des destins qu'ils n'avaient même pas imaginés, ont jeté dans des bains de sang et de souffrances partagés, où ils ont fait preuve du même courage, celui-là même qui conduit au sacrifice et au renoncement de soi-même ! Cette force vitale est la même pour tous ; elle libère l'esprit qui dort dans la brute. Elle surgit dans les situations d'exception, sollicitée par des chefs d'exception, ceux qui, comme le colonel Cazeilles savent commander d'amitié. Ceux qui comme l'a écrit Gandhi, pourtant apôtre de la non violence, pensent que < là où il n’y a de choix qu'entre la lâcheté et la violence, il convient de choisir la violence. Celui qui fuit, commet une violence mentale, parce qu'il n'a pas le courage d'être tué en tuant ! > Ces hommes là et leurs chefs, qu'elles que soient leur nationalité, leur religion ou la couleur de leur peau, étaient de cette trempe. Ils nous interpellent et le message qu'ils nous transmettent, doit être retenu, sans doute aujourd'hui plus encore qu'hier La fraternité de la boue, du risque et du sacrifice librement consentis, acquise ensemble dans la souffrance, l'angoisse et le sang, gomme les différences, efface les frontières conventionnelles ; elle donne aux êtres humains, la dimension du vrai, elle relativise les dissensions du quotidien, elle appelle à l'union et à la solidarité. Tel est le langage de ces pierres et de ces croix ; tel est le contenu du message de ces hommes qui n'a pas pris une seule ride. En ces temps bien difficiles et incertains, il est urgent de quitter notre carapace de brute égoïste et voluptueuse pour libérer l'esprit et faire place à la fraternité et à la solidarité.

Le général de Corps d'Armée (2s) Jean-Marie Lemoine

Ajouter un commentaire

Ce blog permet une syntaxe wiki simplifiée dans les commentaires.
Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d´outils.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.